Syndicat du personnel enseignant du Collège Ahuntsic (FNEEQ-CSN)

Articles les plus récents

Débat sur la fiscalité : Une vaste coalition de groupes sociaux identifie 10 milliards$ de solutions fiscales et promet d’être dans la rue

lundi 15 septembre 2014 par Coalition

 

Montréal, le 16 septembre 2014 – Alors que l’Assemblée nationale reprend ses travaux sur fond d’austérité budgétaire, la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics urge le gouvernement de réformer la fiscalité dans une optique de justice sociale plutôt qu’en détériorant encore les conditions de vie de la majorité de la population.

Nous avons les moyens de faire autrement! Document sur les 18 solutions fiscales de la Coalition.

Nous avons les moyens de faire autrement! Document sur les 18 solutions fiscales de la Coalition.

La Coalition profite du débat en cours sur la fiscalité pour lancer une mise à jour de son argumentaire sur les finances publiques, ainsi qu’une tournée de formation présentant les 18 solutions fiscales mises de l’avant. Les groupes sociaux ont identifi 10 milliards $ qui, annuellement, permettraient de renflouer les coffres de l’État sans tarifer et taxer les services publics, et sans couper dans les programmes sociaux. La démonstration est claire : nous avons les moyens de faire autrement.

 

Un débat sur les programmes et la fiscalité mal parti

La Coalition s’inquiète de l’impact des coupures et des compressions qui font quotidiennement les manchettes. Elle craint que les commissions ne servent qu’à confirmer les orientations gouvernementales et à justifier la mise en œuvre de mesures d’austérité budgétaire. D’ailleurs, selon elle, la composition même de ces commissions et les études déjà commandées à des firmes comme CIRANO et KPMG dénotent la volonté d’accélérer la mise en œuvre de politiques néolibérales au Québec.

Pour les groupes sociaux, il est clair que le gouvernement Couillard n’a pas l’intention de tenir un vrai dialogue social. « Le président du Conseil du trésor parle déjà de consensus sur les objectifs, avant même les consultations publiques sur la fiscalité » souligne Kim De Baene, co-porte-parole de la Coalition.

 

Les groupes sociaux dénoncent particulièrement la tournure du débat sur la révision des programmes. « Que ce soit dans les consultations en ligne, lors de rencontres ministérielles ou à l’occasion des interventions publiques et de toutes les démarches du gouvernement Couillard, on martèle qu’il faut couper et on demande où le faire », souligne Élisabeth Gibeau, également co-porte-parole de la Coalition. « Nous pensons qu’il faut plutôt se demander si nous voulons nous donner les moyens de respecter les droits au Québec. À notre avis, il est clair que le Québec en a les moyens. C’est également ce qui ressort de notre argumentaire sur les finances publiques », conclue-t-elle.

Afin d’informer la population et de faire contrepoids au discours fataliste tenu par le gouvernement, les membres de la Coalition tiendront des formations sur la fiscalité dans différentes régions du Québec au cours de l’automne.

La Coalition promet également de se faire entendre dans la rue.  Elle se mobilisera à l’extérieur des audiences publiques de la Commission sur la fiscalité dans différentes régions pour réitérer son message. Elle tiendra par ailleurs une grande manifestation à Montréal le jour de l’Halloween, sous le thème « L’austérité, une histoire d’horreur ».

– 30 –

Le document « Nous avons les moyens de faire autrement » est disponible en ligne.

www.facebook.com/nonauxhausses
@Nonauxhausses
#10milliards


L’austérité est une histoire d’horreur ! Manifestation le 31 octobre 2014

lundi 8 septembre 2014 par vero laflamme

Vignettemanif31octobreDes factures d’électricité encore plus salées, des programmes pour les enfants de milieux défavorisés amputés, des budgets dans les écoles qui passent au tordeur, des coupes à l’aide sociale, des difficultés financières et des suppression d’activités dans les organismes communautaires, des compressions en environnement, dans la protection de la faune, en culture, en santé, en éducation… L’histoire de l’austérité est une histoire d’horreur ! 

Pour ajouter à l’horreur, on maintien les baisses d’impôt et les cadeaux fiscaux aux personnes les plus riches et aux grosses entreprises, ce qui nous prive collectivement de revenus majeurs et augmente les inégalités sociales.

Même si la très grande majorité de la population subit déjà de plein fouet cette austérité, le gouvernement va plus loin et annonce un grand « ménage ». Cet automne, deux «commissions» auront comme mandat de trouver des millions $ et de revoir la fiscalité du Québec ainsi que l’ensemble des programmes. Considérant les experts choisis pour siéger à ces commissions, et leur mandat très orienté, la population doit s’attendre à un véritable massacre de ses services publics et de ses programmes sociaux !

D’ailleurs, avant même que les travaux des commissions sur la fiscalité québécoise et sur la révision des programmes ne soient avancés, les annonces de coupures et des impacts de celles-ci continuent de se succéder.  Le ministre des finances, Carlos Leitao, reconnait que les services pourraient passer à la trappe, et le premier ministre, Philippe Couillard, qu’il pourrait annoncer des refontes majeures dès la mi-septembre.

La richesse existe, nous avons les moyens de faire autrement !

L’austérité n’est pas une fatalité. D’autres choix sont possibles ! Nous proposons d’ailleurs un ensemble de solutions fiscales pour mieux redistribuer la richesse. Au moins 10 milliards $ de plus par année permettraient de financer les services publics et les programmes sociaux sans porter atteinte à la justice sociale.

À l’Halloween, déguisez-vous et venez manifester contre le carnage.

QUAND? 31 octobre, à 11h00

OÙ: Montréal, rassemblement au coin des rues McGill College et Sherbrooke; la manifestation se terminera au 357 de la Commune Ouest

 

 

Transport organisé à partir de différentes villes
Voici la liste des personnes à contacter pour vous inscrire pour un autobus en provenance des différentes régions:

  • Centre-du-Québec – Christine (AGEPA) – 819-795-4441 / agepa@videotron.ca
    - Plessisville, départ à 8h, dans le stationnement derrière l’église St-Calixte (1460, rue St-Calixte).
    - Victoriaville, départ à 8h25, dans le stationnement du Pavillon Agri-sport derrière le Colisée Desjardins (400, boulevard Jutras Est).
    - Drummondville, départ à 9h15, dans le stationnement du Sears (755, boulevard René-Levesque)
  • Mauricie - Table de Concertation du Mouvement des femmes de la Mauricie - 819-372-9328
  • Côte-Nord – Michel (Table des groupes populaires de la Côte Nord) : 418-589-2809
  • Québec- Vania ou Anne-Valérie (RÉPAC) : 418-523-4158
  • Saguenay-Lac-St-Jean – Caroline ou Simon (MÉPAC SLSJCC) : 418-547-2102
  • Outaouais – Josyane (Logemen’occupe) : 819-246-6644.
  • Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine -Véronique (ROCGIM) : 418-364-7743
  • Montérégie – Julie (TROCM) : 450-347-4110
  • Abitibi-Témiscamingue – REPAT : 819-762-3114
  • Lanaudière – Diane (MÉPAL) : 450-752-4700
  • Laurentides – Sophie (ROCL) : 450-438-8005

** Pour les régions Mauricie/Centre-du-Québec, nous vous invitons à vérifier auprès de votre CDC puisque certaines d’entre-elles organisent du transport ou à contacter Joël Pedneault au bureau du MÉPACQ à Montréal, info@mepacq.qc.ca

Matériel de mobilisation à reproduire et à diffuser largement


10 milliards $ de solutions : nous avons les moyens de faire autrement !

vendredi 6 juin 2014 par vero laflamme

10Milliard$L’austérité budgétaire n’est pas une fatalité! Avec sa campagne 10 milliards de $ de solutions, nous avons les moyens de faire autrement, la Coalition se mobilise pour une meilleure redistribution de la richesse. Elle propose 19 solutions fiscales pour financer adéquatement les services publics et  les programmes sociaux sans recourir aux compressions et à la tarification des services publics.

La tarification des services publics (électricité, éducation, santé, garderies, etc.) refile la majeure partie de la facture à la classe moyenne et aux personnes les moins fortunées et contribue à l’accroissement des inégalités sociales. La Coalition  déplore par ailleurs que les milliards de revenus dont se sont privés les gouvernements successifs ces dernières années, en diminuant les impôts des plus riches et des compagnies, mettent à mal le respect des droits économiques et sociaux et la capacité de la société de financer adéquatement les programmes sociaux.

La richesse existe! La coalition a préparé 5 fiches thématiques visant à informer la population sur différentes solutions fiscales. La Coalition propose notamment d’augmenter le nombre de paliers d’imposition, de restaurer la taxe sur le capital des banques, de mieux contrôler le  coût des médicaments et d’augmenter l’impôt des grosses entreprises.

La  fiche générale  porte sur l’ensemble des solutions fiscales. La 4 autres fiches sont des fiches thématiques explicitant 4 des 19 solutions fiscales:

banques

Réinstaurer la taxe sur le capital pour les entreprises financières = 1 milliards $ par année.

Fiche #3: Augmenter le nombre de paliers d'imposition = 1 milliards $ de plus ar année

Augmenter le nombre de paliers d’imposition = 1 milliard $ de plus par année

Fiche #2: contrôler le coût des médicaments = 1 milliards $ de plus par année

Contrôler le coût des médicaments = 1 milliard $ de plus par année

Augmenter le taux d'imposition des entreprises (sauf les PME) = 1,2 milliards $

Augmenter le taux d’imposition des entreprises (sauf les PME) = 1,2 milliard $


10 milliards $ de solutions : nous avons les moyens de faire autrement !

vendredi 6 juin 2014 par Coalition

10Milliard$L’austérité budgétaire n’est pas une fatalité! Avec sa campagne 10 milliards de $ de solutions, nous avons les moyens de faire autrement, la Coalition se mobilise pour une meilleure redistribution de la richesse. Elle propose 19 solutions fiscales pour financer adéquatement les services publics et  les programmes sociaux sans recourir aux compressions et à la tarification des services publics.

La tarification des services publics (électricité, éducation, santé, garderies, etc.) refile la majeure partie de la facture à la classe moyenne et aux personnes les moins fortunées et contribue à l’accroissement des inégalités sociales. La Coalition  déplore par ailleurs que les milliards de revenus dont se sont privés les gouvernements successifs ces dernières années, en diminuant les impôts des plus riches et des compagnies, mettent à mal le respect des droits économiques et sociaux et la capacité de la société de financer adéquatement les programmes sociaux.

La richesse existe! La coalition a préparé 5 fiches thématiques visant à informer la population sur différentes solutions fiscales. La Coalition propose notamment d’augmenter le nombre de paliers d’imposition, de restaurer la taxe sur le capital des banques, de mieux contrôler le  coût des médicaments et d’augmenter l’impôt des grosses entreprises.

La  fiche générale  porte sur l’ensemble des solutions fiscales. La 4 autres fiches sont des fiches thématiques explicitant 4 des 19 solutions fiscales:

banques

Réinstaurer la taxe sur le capital pour les entreprises financières = 1 milliards $ par année.

Fiche #3: Augmenter le nombre de paliers d'imposition = 1 milliards $ de plus ar année

Augmenter le nombre de paliers d’imposition = 1 milliard $ de plus par année

Fiche #2: contrôler le coût des médicaments = 1 milliards $ de plus par année

Contrôler le coût des médicaments = 1 milliard $ de plus par année

Augmenter le taux d'imposition des entreprises (sauf les PME) = 1,2 milliards $

Augmenter le taux d’imposition des entreprises (sauf les PME) = 1,2 milliard $


Le budget Leitao garde le cap de l’austérité budgétaire. Un vrai débat sur la fiscalité est nécessaire !

mercredi 4 juin 2014 par vero laflamme

IMG_6453

Québec, le 4 juin 2014 – C’est par de nouvelles compressions dans les services publics que se traduira l’austérité budgétaire en 2014-2015, constate la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics à la lecture du budget Leitao. La croissance des dépenses de programmes limitée à 1,8% pour 2014-2015 et le gel d’embauche, notamment en santé, vont assurément affecter les services à la population, déplore-t-elle. Malgré l’annonce de deux commissions, une sur la fiscalité et une autre sur les programmes, la coalition de groupes sociaux constate que le budget Leitao trace déjà des orientations majeures pour les années à venir et que le dialogue social annoncé s’annonce factice.

Exception faite de l’indexation des tarifs de garderies et de service de garde en milieu scolaire, que déplore la Coalition, le budget ne contient pas de nouvelles hausses de tarifs. Cependant, la population du Québec vit déjà avec les impacts des tarifications importantes annoncées dans les budgets précédents sur lequel ne recule pas le nouveau ministre des Finances. La taxe santé, la hausse du tarif d’électricité patrimoniale et la hausse des frais de scolarité sont maintenues. « Le choix du gouvernement Couillard de maintenir l’objectif d’atteinte de l’équilibre budgétaire pour 2015-2016 se fera donc au détriment de l’effritement des services publics et sur le dos des plus pauvres et de la classe moyenne. Alors que plusieurs mesures fiscales progressives auraient pu être adoptées pour renflouer de façon plus équitable les coffres de l’État, le gouvernement a choisi d’épargner les plus riches et de se priver de milliards de dollars en revenus », dénonce Joël Pedneault, co-porte-parole de la Coalition.

« Alors qu’il annonce qu’il procède au resserrement immédiat des dépenses fiscales, le gouvernement libéral ne touche pas aux avantages fiscaux dont bénéficient les plus fortunés et les grosses entreprises », note Véronique Laflamme, également co-porte-parole de la Coalition. Celle-ci aurait souhaité que le gouvernement abolisse le crédit d’impôt pour gains en capital des entreprises et des particuliers, diminue le plafond des RÉER, et contrôle davantage le prix des médicaments.

Le budget annonce d’importants débats pour les prochains mois. Il confirme la mise en place d’une commission d’examen sur la révision de la fiscalité qui aurait pour objectif de conseiller le gouvernement sur de nouvelles orientations et dont les recommandations seront déposées avant le prochain budget. La Coalition, qui se mobilisera autour de ces consultations, craint que les décisions importantes ne soient déjà prises. « D’un côté, le gouvernement dit qu’il souhaite un mécanisme de consultation qui permette des échanges avec la population et de l’autre, il annonce déjà deux orientations majeures soit une hausse des dépenses de programmes limitée à 0,7% pour 2015-2016 et l’utilisation de la moitié des surplus budgétaires pour baisser les impôts à la suite du retour à l’équilibre budgétaire », note Véronique Laflamme.

La Coalition souhaite un réel débat sur les finances publiques. Elle propose de nouvelles sources de revenus favorisant une meilleure redistribution de la richesse, notamment par une fiscalité plus progressive qui permettrait un financement adéquat des services publics et des programmes sociaux. Avec sa campagne 10 milliards de $ de solutions, nous avons les moyens de faire autrement, la Coalition suggère 19 solutions fiscales permettant de renflouer les coffres de l’État de 10 milliards $ par année. Parmi celles-ci, l’augmentation du nombre de paliers d’imposition pour les particuliers, le rétablissement de la taxe sur le capital des banques et des entreprises financières, de même qu’une augmentation du taux d’imposition des entreprises, excluant les PME.

– 30 –


Le budget Leitao garde le cap de l’austérité budgétaire. Un vrai débat sur la fiscalité est nécessaire !

mercredi 4 juin 2014 par Coalition

IMG_6453

Québec, le 4 juin 2014 – C’est par de nouvelles compressions dans les services publics que se traduira l’austérité budgétaire en 2014-2015, constate la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics à la lecture du budget Leitao. La croissance des dépenses de programmes limitée à 1,8% pour 2014-2015 et le gel d’embauche, notamment en santé, vont assurément affecter les services à la population, déplore-t-elle. Malgré l’annonce de deux commissions, une sur la fiscalité et une autre sur les programmes, la coalition de groupes sociaux constate que le budget Leitao trace déjà des orientations majeures pour les années à venir et que le dialogue social annoncé s’annonce factice.

Exception faite de l’indexation des tarifs de garderies et de service de garde en milieu scolaire, que déplore la Coalition, le budget ne contient pas de nouvelles hausses de tarifs. Cependant, la population du Québec vit déjà avec les impacts des tarifications importantes annoncées dans les budgets précédents sur lequel ne recule pas le nouveau ministre des Finances. La taxe santé, la hausse du tarif d’électricité patrimoniale et la hausse des frais de scolarité sont maintenues. « Le choix du gouvernement Couillard de maintenir l’objectif d’atteinte de l’équilibre budgétaire pour 2015-2016 se fera donc au détriment de l’effritement des services publics et sur le dos des plus pauvres et de la classe moyenne. Alors que plusieurs mesures fiscales progressives auraient pu être adoptées pour renflouer de façon plus équitable les coffres de l’État, le gouvernement a choisi d’épargner les plus riches et de se priver de milliards de dollars en revenus », dénonce Joël Pedneault, co-porte-parole de la Coalition.

« Alors qu’il annonce qu’il procède au resserrement immédiat des dépenses fiscales, le gouvernement libéral ne touche pas aux avantages fiscaux dont bénéficient les plus fortunés et les grosses entreprises », note Véronique Laflamme, également co-porte-parole de la Coalition. Celle-ci aurait souhaité que le gouvernement abolisse le crédit d’impôt pour gains en capital des entreprises et des particuliers, diminue le plafond des RÉER, et contrôle davantage le prix des médicaments.

Le budget annonce d’importants débats pour les prochains mois. Il confirme la mise en place d’une commission d’examen sur la révision de la fiscalité qui aurait pour objectif de conseiller le gouvernement sur de nouvelles orientations et dont les recommandations seront déposées avant le prochain budget. La Coalition, qui se mobilisera autour de ces consultations, craint que les décisions importantes ne soient déjà prises. « D’un côté, le gouvernement dit qu’il souhaite un mécanisme de consultation qui permette des échanges avec la population et de l’autre, il annonce déjà deux orientations majeures soit une hausse des dépenses de programmes limitée à 0,7% pour 2015-2016 et l’utilisation de la moitié des surplus budgétaires pour baisser les impôts à la suite du retour à l’équilibre budgétaire », note Véronique Laflamme.

La Coalition souhaite un réel débat sur les finances publiques. Elle propose de nouvelles sources de revenus favorisant une meilleure redistribution de la richesse, notamment par une fiscalité plus progressive qui permettrait un financement adéquat des services publics et des programmes sociaux. Avec sa campagne 10 milliards de $ de solutions, nous avons les moyens de faire autrement, la Coalition suggère 19 solutions fiscales permettant de renflouer les coffres de l’État de 10 milliards $ par année. Parmi celles-ci, l’augmentation du nombre de paliers d’imposition pour les particuliers, le rétablissement de la taxe sur le capital des banques et des entreprises financières, de même qu’une augmentation du taux d’imposition des entreprises, excluant les PME.

– 30 –


10 milliards $ de solutions : nous avons les moyens de faire autrement !

jeudi 3 avril 2014 par vero laflamme

10Milliard$L’austérité budgétaire n’est pas une fatalité! Avec sa campagne 10 milliards de $ de solutions, nous avons les moyens de faire autrement, la Coalition se mobilise pour une meilleure redistribution de la richesse. Elle propose 19 solutions fiscales pour financer adéquatement les services publics et  les programmes sociaux sans recourir aux compressions et à la tarification des services publics.

La tarification des services publics (électricité, éducation, santé, garderies, etc.) refile la majeure partie de la facture à la classe moyenne et aux personnes les moins fortunées et contribue à l’accroissement des inégalités sociales. La Coalition  déplore par ailleurs que les milliards de revenus dont se sont privés les gouvernements successifs ces dernières années, en diminuant les impôts des plus riches et des compagnies, mettent à mal le respect des droits économiques et sociaux et la capacité de la société de financer adéquatement les programmes sociaux.

La richesse existe! La coalition a préparé 5 fiches thématiques visant à informer la population sur différentes solutions fiscales. La Coalition propose notamment d’augmenter le nombre de paliers d’imposition, de restaurer la taxe sur le capital des banques, de mieux contrôler le  coût des médicaments et d’augmenter l’impôt des grosses entreprises.

La  fiche générale  porte sur l’ensemble des solutions fiscales. La 4 autres fiches sont des fiches thématiques explicitant 4 des 19 solutions fiscales:

banques

Réinstaurer la taxe sur le capital pour les entreprises financières = 1 milliards $ par année.

Fiche #3: Augmenter le nombre de paliers d'imposition = 1 milliards $ de plus ar année

Augmenter le nombre de paliers d’imposition = 1 milliard $ de plus par année

Fiche #2: contrôler le coût des médicaments = 1 milliards $ de plus par année

Contrôler le coût des médicaments = 1 milliard $ de plus par année

Augmenter le taux d'imposition des entreprises (sauf les PME) = 1,2 milliards $

Augmenter le taux d’imposition des entreprises (sauf les PME) = 1,2 milliard $


La Coalition sera de la manifestation contre l’austérité. Les groupes sociaux réclament un changement de cap du prochain gouvernement.

mercredi 2 avril 2014 par vero laflamme

IMG_2652 - copieMontréal, le 2 avril 2014 – La Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics appuie la manifestation nationale contre l’austérité organisée par l’Association pour une solidarité syndicale (ASSÉ). Des  membres de groupes sociaux, autant communautaires, féministes que syndicaux, y marcheront aux côtés des étudiantes et étudiants pour dénoncer le recours accru à des mesures d’austérité. La Coalition s’inquiète de l’augmentation des inégalités sociales au Québec causée notamment par la tarification et la privatisation des services publics, les compressions budgétaires et les coupures dans les programmes sociaux comme celles à l’aide sociale.

Au lendemain de la hausse de 4,3% des tarifs d’Hydro-Québec, la Coalition soutient que cette tarification croissante des services publics comme la hausse des frais de scolarité, l’instauration de la taxe santé, auxquelles pourraient s’ajouter une hausse des tarifs des CPE ou encore l’assurance-autonomie, appauvrit la majeure partie de la population. « Les femmes, qui  gagnent encore en moyenne 70% du salaire des homme, sont particulièrement touchées par ces hausses de tarifs»,  rappelle Lyse Cloutier de L’R des centres de femmes du Québec. « L’égalité de fait n’est pas encore atteinte et pour qu’elle soit une réalité, il faudrait aller dans la direction inverse : renforcer les services publics plutôt que de les marchander! » affirme-t-elle.

Moins visibles, les compressions budgétaires successives des dernières années dans les ministères et dans les organismes, ont un impact sur l’accessibilité, mais également sur la qualité des services publics soutient la Coalition. Les travailleuses et les travailleurs de ces services le constatent quotidiennement, comme en témoigne Dominique Daigneault, présidente du Conseil central du Montréal métropolitain de la CSN : « Comme les gouvernements québécois successifs appliquent une pratique de non-remplacement de certains employés lors de leurs départs à la retraite dans les services publics, cela a une incidence sur la charge de travail du personnel restant et, évidemment, sur les services offerts à la population ». « La pensée magique de faire plus avec moins a des limites, et cette limite nous l’avons atteinte depuis longtemps », conclue-t-elle.

La Coalition rappelle que tout en voulant se faire les champions du déficit zéro, les derniers gouvernements ont refusé d’aller chercher des revenus supplémentaires par le biais d’une fiscalité plus progressive et choisi des mesures régressives. Elle craint que le budget qui sera présenté dans les prochaines semaines s’inscrive dans cette lignée.

« C’est révoltant de voir qu’on bafoue des droits fondamentaux comme celui à un revenu décent,  au logement, à l’éducation, à la santé, à l’alimentation, quand on sait qu’on a amplement les moyens de faire autrement », s’insurge Véronique Laflamme, du FRAPRU. « En diminuant la contribution fiscale des entreprises et les impôts des plus fortunés, les gouvernements successifs des dernières années se sont privés de moyens, ce qui a pour résultat de nous appauvrir collectivement », dénonce-t-elle. Ces politiques augmentent les écarts entre les plus riches et les plus pauvres.

La Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics avertit les partis qui seront à l’Assemblée nationale le 7 avril que s’ils ne cessent de faire des choix politiques qui favorisent les intérêts d’une minorité, ils devront s’attendre à l’accroissement de la contestation sociale. La Coalition mène actuellement une campagne pour une meilleure redistribution de la richesse. Elle met de l’avant 19 solutions fiscales, totalisant 10 milliards $ par année pour les coffres de l’État, qui permettraient de financer adéquatement les services publics et  les programmes sociaux et d’éviter des mesures d’austérité. On peut trouver le détails de ces propositions en ligne à : www.nonauxhausses.org/10-milliards

-30-

Informations :
Véronique Laflamme, FRAPRU, Co-porte-parole de la Coalition : 514 522-1010; 418 956-3403 (cell.)
@nonauxhausses #10milliards


La Coalition sera de la manifestation contre l’austérité. Les groupes sociaux réclament un changement de cap du prochain gouvernement.

mercredi 2 avril 2014 par Coalition

IMG_2652 - copieMontréal, le 2 avril 2014 – La Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics appuie la manifestation nationale contre l’austérité organisée par l’Association pour une solidarité syndicale (ASSÉ). Des  membres de groupes sociaux, autant communautaires, féministes que syndicaux, y marcheront aux côtés des étudiantes et étudiants pour dénoncer le recours accru à des mesures d’austérité. La Coalition s’inquiète de l’augmentation des inégalités sociales au Québec causée notamment par la tarification et la privatisation des services publics, les compressions budgétaires et les coupures dans les programmes sociaux comme celles à l’aide sociale.

Au lendemain de la hausse de 4,3% des tarifs d’Hydro-Québec, la Coalition soutient que cette tarification croissante des services publics comme la hausse des frais de scolarité, l’instauration de la taxe santé, auxquelles pourraient s’ajouter une hausse des tarifs des CPE ou encore l’assurance-autonomie, appauvrit la majeure partie de la population. « Les femmes, qui  gagnent encore en moyenne 70% du salaire des homme, sont particulièrement touchées par ces hausses de tarifs»,  rappelle Lyse Cloutier de L’R des centres de femmes du Québec. « L’égalité de fait n’est pas encore atteinte et pour qu’elle soit une réalité, il faudrait aller dans la direction inverse : renforcer les services publics plutôt que de les marchander! » affirme-t-elle.

Moins visibles, les compressions budgétaires successives des dernières années dans les ministères et dans les organismes, ont un impact sur l’accessibilité, mais également sur la qualité des services publics soutient la Coalition. Les travailleuses et les travailleurs de ces services le constatent quotidiennement, comme en témoigne Dominique Daigneault, présidente du Conseil central du Montréal métropolitain de la CSN : « Comme les gouvernements québécois successifs appliquent une pratique de non-remplacement de certains employés lors de leurs départs à la retraite dans les services publics, cela a une incidence sur la charge de travail du personnel restant et, évidemment, sur les services offerts à la population ». « La pensée magique de faire plus avec moins a des limites, et cette limite nous l’avons atteinte depuis longtemps », conclue-t-elle.

La Coalition rappelle que tout en voulant se faire les champions du déficit zéro, les derniers gouvernements ont refusé d’aller chercher des revenus supplémentaires par le biais d’une fiscalité plus progressive et choisi des mesures régressives. Elle craint que le budget qui sera présenté dans les prochaines semaines s’inscrive dans cette lignée.

« C’est révoltant de voir qu’on bafoue des droits fondamentaux comme celui à un revenu décent,  au logement, à l’éducation, à la santé, à l’alimentation, quand on sait qu’on a amplement les moyens de faire autrement », s’insurge Véronique Laflamme, du FRAPRU. « En diminuant la contribution fiscale des entreprises et les impôts des plus fortunés, les gouvernements successifs des dernières années se sont privés de moyens, ce qui a pour résultat de nous appauvrir collectivement », dénonce-t-elle. Ces politiques augmentent les écarts entre les plus riches et les plus pauvres.

La Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics avertit les partis qui seront à l’Assemblée nationale le 7 avril que s’ils ne cessent de faire des choix politiques qui favorisent les intérêts d’une minorité, ils devront s’attendre à l’accroissement de la contestation sociale. La Coalition mène actuellement une campagne pour une meilleure redistribution de la richesse. Elle met de l’avant 19 solutions fiscales, totalisant 10 milliards $ par année pour les coffres de l’État, qui permettraient de financer adéquatement les services publics et  les programmes sociaux et d’éviter des mesures d’austérité. On peut trouver le détails de ces propositions en ligne à : www.nonauxhausses.org/10-milliards

-30-

Informations :
Véronique Laflamme, FRAPRU, Co-porte-parole de la Coalition : 514 522-1010; 418 956-3403 (cell.)
@nonauxhausses #10milliards


Pour une fiscalité plus juste (article dans la Revue Relations)

lundi 24 mars 2014 par Kim

Voici un article paru dans la revue Relations du mois de mars 2014 (voir la deuxième page) sur les solutions fiscales de la Coalition. cet article a été écrit par Élisabeth Gibeau d’Union des consommateurs et de la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics.

Pour lire l’article

 


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 227947

Suivre la vie du site fr    ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.4 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 1