Syndicat du personnel enseignant du Collège Ahuntsic (FNEEQ-CSN)

La première des 4 journées de grève donne le ton

Le Conseil du Trésor amené à dévoiler ses vraies intentions
vendredi 18 novembre 2005

Plus de 333 profs du Collège Ahuntsic ont activement pris part au piquetage devant leur établissement le 17 novembre, faisant de la première journée de grève de l’année scolaire un franc succès. Plusieurs réseaux de télévision sont venus filmer nos vaillants et vaillantes grévistes. Les départements ont respecté soigneusement leur horaire de piquetage, de sorte que durant toute la journée, le mouvement de grève fut clairement visible tant sur les rues Saint-Hubert et Émile-Journault qu’aux différents bulletins de nouvelles.

Fait intéressant, une bonne proportion des automobilistes qui circulaient sur ces deux artères ont exprimé tout au long de la journée leur appui à cette mobilisation du secteur public en klaxonnant généreusement et en saluant les grévistes. Le ton était visiblement différent de celui de la grève de 1982-83. Le gouvernement Charest n’a pas la cote, c’est le moins qu’on puisse dire.

Dès 6h45, et jusqu’à 18h30, les entrées du Collège Ahuntsic étaient hermétiquement bloquées par les piquets de grève, paralysant comme prévu toutes les activités de l’institution, tant à l’enseignement régulier de jour que pour les cours du soir. Très peu d’étudiants et d’étudiantes sont venus se buter à des portes fermées.

Grâce à une logistique bien huilée, tant du côté de la machine CSN que du côté du SPECA, les grévistes ont trouvé, en arrivant sur le campus du Collège, une organisation prête à les accueillir ainsi que le nécessaire pour se rendre visible. Au chapitre du ravitaillement des estomacs, le SPECA était à la hauteur de sa réputation, fournissant plus que l’apport calorique quotidien recommandé par le guide alimentaire canadien. Des acces¬soires vestimentaires étaient à la disposition des personnes qui s’étaient mal préparées à affronter le froid et l’humidité. Il y avait même un local de grève à l’Institut des communications graphiques du Québec, rue Émile-Journault.

Sitôt amorcé, ce mouvement de grève pourtant très sobre a amené la ministre Jérôme-Forget à dévoiler la couleur de ses sous-vêtements. Dès le milieu de l’été, le gouvernement Charest s’était peinturé dans le coin en affirmant que son cadre financier de 12,6% sur six - incluant l’équité salariale - était final et non négociable. Hier la présidente du Conseil du Trésor a montré son jupon « qui commençait déjà à retrousser il y a quatre mois » a d’ailleurs déclaré Réjean Parent (de la CSQ) dans le Devoir du 18 novembre.

En raison de ces gesticulations du gouvernement libéral de Jean Charest, les stratèges du Front commun CSN-FTQ ont décidé d’accélérer le rythme des grèves tournantes. À Montréal, la prochaine journée de débrayage du front commun aura donc lieu trois jours plus tôt que prévu, soit le 30 novembre. C’est donc un rendez-vous pour tous les profs du Cégep Ahuntsic !

Voir aussi l’article paru dans le Courrier d’Ahuntsic.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 653 / 224005

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Archives  Suivre la vie du site Archives des actualités  Suivre la vie du site 2005-2006   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.4 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 0