Syndicat du personnel enseignant du Collège Ahuntsic (FNEEQ-CSN)

Le bon miam miam de notre cafétéria

vendredi 14 novembre 2008 par SPECA-HEBDO

Aux habitués de la cafétéria, célibataires endurcis, femmes

ou hommes trop pressés le matin pour se préparer un dîner, trop

crevés le soir pour prévoir d’autres « lunchs » que ceux de leur

progéniture ou tout simplement trop flemmard comme moi…

Depuis le début de la session, les plaintes affluent tous azimuts.

Certes, il nous faut délaisser le côté esthétique de notre nouveau
« bunker », pour en aborder un autre qui suscite lui aussi beaucoup
de commentaires, celui de la baisse de la qualité et de la quantité
à la cafétéria. À l’unanimité, les plats ne rassasient pas.

Au niveau de la qualité, tout est trop cuit. La cafétéria nous
propose bonne quantité de légumes variés, incluant des patates
et du riz. Oui je sais, ce sont des féculents, mais l’artiste de la
cuisine, lui, est persuadé du contraire. Bref, on retrouve un vaste
choix de carottes, de haricots verts ou jaunes bien bien cuits, de
carottes, de navets, de carottes, de brocolis, de salade de chou…
La bonne nouvelle, c’est qu’il y en a pour tout le monde : de la
viande coriace pour les bonnes mâchoires et du bon moumou
pour les édentés !

En ce qui concerne les viandes en sauce, on peut penser qu’il
s’agit de recyclage. Les plats sont trop salés et trop épais (le sel ayant
la qualité de masquer certains défauts et la farine, cet ingrédient
magique épaissit n’importe quoi) et … le consommateur, brute
assoupie n’y voit que du feu.

En ce qui concerne les restes, le riz de la veille se retrouve dans
le potage du jour du lendemain ou dans une magnifique salade
de riz à l’ail ou à l’oignon, le chou devient une soupe chinoise,
les patates rejoignent le comptoir à salades…

Les soupes de luxe ont l’avantage de faire tenir les ustensiles
tout seuls. Vous pouvez les manger avec une fourchette sans
aucune crainte de dégâts. Personnellement, j’ai baptisé la chose
de Splouch, bruit que faisait la bouffe des bûcherons en tombant
dans les assiettes. Au moins, ces plats avaient le mérite de plâtrer
les estomacs…

Et que dire de notre comptoir à salades. Eh bien eh bien !
Comme un confrère nous l’écrivait, c’est probablement le champ
de pissenlits le moins sarclé de la province. On peut y retrouver
en tout temps des salades de carottes, de riz, de patates, de pâtes,
de patates, de riz, de pois chiches, d’Iceberg, de taboulé huileux,
d’oignons avec miettes de feta. Sans compter les restants de buffet
qu’on nous fait la faveur de déguster : vieilles quiches et bouts de
pizzas racornis. Si vous aimez l’ail et l’oignon et n’avez pas peur
de faire fuir vos étudiants…

Bref, si jamais l’envie de vous plaindre vous prenait, sachez
qu’il y a à votre disposition des formulaires de plainte à la cafétéria. Vous pouvez aussi asresser directement vos plaintes à l’adresse de courriel suvante : cafeteria@collegeahunstic.qc.ca

Ces derniers temps, j’ai noté quelques changements. Les
carottes avaient cédé leur place à deux asperges, les portions
étaient plus généreuses. Et moi de me dire que les commentaires
avaient trouvé écho… Mon collègue et ami de se taper les cuis-
ses en me trouvant bien naïve : Aramark renouvelle son contrat
cette année…


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 700 / 225623

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Vie syndicale  Suivre la vie du site Chroniques d’humeur   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.4 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 1