Syndicat du personnel enseignant du Collège Ahuntsic (FNEEQ-CSN)

Les syndicats : toujours pertients !

lundi 27 mars 2006 par CSN

Les unions qu’ossa donne, demandait Yvon Deschamps personnifiant un employé servile et convaincu par les arguments de son patron qui lui assure que les syndicats n’ont aucune utilité.

Ce monologue, écrit en 1969, suivait une importante vague de syndicalisation dans le secteur public et de grandes luttes qui ont permis à des milliers de travailleuses et de travailleurs de se faire enfin respecter par leur patron.

Si cette question demeure d’actualité, c’est qu’il s’en trouve plusieurs, encore aujourd’hui, pour remettre en question leur rôle dans notre société. En votant unilatéralement une armada législative pour diminuer la force et le rôle des syndicats (fusion et réorganisation des syndicats dans la santé et les services sociaux, facilitation de la sous-traitance, décret) le gouvernement Charest démontre que les travailleuses et les travailleurs organisés dérangent ses plans. Il tente de les dompter pour mener à bien ses visées néolibérales en refilant à ses amis, marchands et financiers, le contrôle des services publics et, plus largement, en ratatinant le rôle de l’État à ses fonctions les plus primaires.

D’ailleurs, si les unions ne donnaient rien, pourquoi diable les Wal-Mart et tous les Mcdonald leurs mèneraient une bataille aussi féroce ? Dans la santé et les services sociaux, l’éducation et les services gouvernementaux, ils sont nombreux les gestionnaires, les administrateurs et les directeurs pour trouver que les conventions collectives sont bien trop lourdes et que s’ils avaient les coudées franches, ça marcherait donc bien mieux. Accorder des postes arbitrairement, allonger de façon indue les heures de travail, sans la rémunération correspondante, décider des vacances ou priver de congés, sont des pratiques courantes dans le secteur privé non syndiqué.

Quels seraient les ratios élèves/enseignants dans les cégeps sans les syndicats ? Dans quel état seraient nos services de santé et d’éducation si les syndicats ne tentaient pas d’empêcher les privatisations et la soustraitance ? Sans les syndicats, les fardeaux de tâche pèseraient bien davantage sur le dos des travailleuses et des travailleurs. Historiquement, les syndicats ont été d’importants acteurs de changement en contribuant à l’édification des réseaux de services publics de grande qualité et accessibles à tous les Québécois. Au Québec, comme ailleurs, la vitalité des syndicats demeure le baromètre de la vie démocratique. En les affaiblissant, on favorise l’arbitraire.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 658 / 228462

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site SPECA-HEBDO - Vol. 33  Suivre la vie du site Archives du SPECA-HEBDO  Suivre la vie du site SPECA-HEBDO Vol. 26  Suivre la vie du site Volume 26 - No. 14   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.4 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 0