Syndicat du personnel enseignant du Collège Ahuntsic (FNEEQ-CSN)

Négocier ou l’art de se péter les bretelles ?

jeudi 26 août 2010 par André Vincent, Annette GÉLINAS

C’est dans la jovialité la plus sereine que l’illustrissime Premier vice-président de la Confédération des syndicats nationaux, Louis Roy, a ouvert le dernier regroupement cégeps des 19 et 20 août derniers. Le ton était lancé ! L’entente de principes signée par les membres du Front commun était, hors de tout doute, exemplaire. La mobilisation du Front commun historique et les quatre fédérations du secteur public CSN avaient réussi un tour de force impensable face au gouvernement Charest. Le lendemain de l’entente de principes de la St-Jean, le tout se retrouve à la une de tous les journaux, les tribunes radiophoniques ne fournissent pas : « Cette entente est historique ! ».

À entendre Louis Roy, il semble qu’il y a de quoi se péter les bretelles : « les reculs normatifs ont été évités, les attaques aux services publics ont été contrées, les conditions de travail sont améliorées, le régime de retraite est bonifié et consolidé, les salaires seront rehaussés et notre droit de négocier a été retrouvé. » Ah bon… C’est bizarre, le document de consultation sur l’entente de table centrale, ainsi que celui de la table sectorielle CSN contiennent un nombre impressionnant d’éléments que nous avions majoritairement rejetés. « N’importequisme » ou « jovialisme » ?

Le ton du texte d’analyse de l’entente de principe de table centrale a suscité des réactions très vives et très négatives de tous les délégués – même de ceux qui ont accepté de la recommander aux assemblées. NOUS PREND-ON pour des FOUS ? PENSE-T-ON que nous ne savons pas compter ? Presque 2 journées ont été consacrées à l’étude de cette entente de principe de table centrale par les délégués du Regroupement cégep dans un climat d’insatisfaction marquée. Presque tous les membres de notre comité de négociation (mobilisation / stratégie), qui pourtant la recommandait, ont dû la qualifier de MÉDIOCRE – Pourquoi la recommander alors ? Parce que l’on ne peut pas voter contre – pourquoi ? Parce que les autres vont voter POUR ! Pourtant à peu près aucune assemblée syndicale, quelle que soit la fédération concernée, quelle que soit la centrale concernée du Front commun ne s’est encore prononcée. Alors pourquoi jouer à JOJO SAVARD !

L’analyse de vos représentants, et celle de représentants de bien d’autres gros syndicats de cégeps était que, tout en tenant compte du contexte [1] , il nous fallait fonder notre recommandation sur le contenu de l’entente, à la lumière de nos mandats. Si rejet il devait y avoir, il appartiendrait aux assemblées de se prononcer sur la meilleure approche à retenir par la suite. Et ils jugeaient cette entente de principe INACCEPTABLE. Ils ont donc voté pour le rejet et inscrit leur dissidence (le vote fut très serré – nous y reviendrons).

Lorsque vous lirez le texte du Front commun expliquant cette entente, il faudra prendre en considération plusieurs éléments qui ne sont pas très clairs dans le document.

  • Toute la composante des salaires pourrait laisser croire que nous pourrions avoir 10,5 % d’augmentation sur 5 ans. Or, selon les dires même de l’économiste de la CSN défendant cette entente, il est très peu probable que nous profitions du 3,5 % qui « PEUT » s’ajouter au 6 % au cours des 3 dernières années d’une telle entente si nous l’acceptions. D’autre part, si nous devions recevoir le 1 % lié à l’indexation la dernière année, cela serait la démonstration que nous n’avons même pas pu préserver notre pouvoir d’achat au cours de ces 5 années. Donc, AUCUNE RÉCUPÉRATION pour les 2 années de décret où notre salaire aura été gelé - une garantie de 6 % d’ajustement sur 5 ans de nos salaires (le reste étant peu probable) – aucune indexation complète au coût de la vie.
  • Pour le régime de retraite, un réajustement du mode de financement recherché par les 2 parties a été obtenu et c’est tant mieux (ici, aucun coût additionnel majeur pour l’État). Une possible indexation pour la période 1982/1999 mais payée exclusivement par les cotisations des salariés, ajustement dont l’économiste CSN reconnait qu’il est très peu probable que nous profitions au cours des 5 prochaines années (ET CONSTITUANT TOUT UN PRÉCÉDENT AU NIVEAU du RREGOP) apparait dans l’entente ; l’État ne s’engage donc à rien, financièrement, dans la loi qui devra modifier le RREGOP. Pour les futurs retraités, aucun élément intéressant, leurs salaires étant quasi gelés au cours des 2 prochaines années.
  • Quant aux droits parentaux, notre convention sera ajustée aux normes minimales de travail et nous aurons 10 jours (pris à même nos congés de maladie sans solde) pour responsabilités familiales.

Pour vos délégués, les membres à la base ont l’obligation de dire ce qu’ils pensent vraiment de cette entente, et ce, dans les assemblées syndicales de tout le Front commun. À la lumière des résultats obtenus, elles devront soit se rallier, soit retourner nos négociateurs à la table de négociations et amorcer une nécessaire réflexion, collectivement, sur ce que nous devrons faire pour que progresse ces négociations. Et si nous devons cheminer vers un décret, l’État en assumera l’odieux.

Il en va de même, selon vos représentants, pour l’entente sectorielle qui, dans les faits, reprend à peu près complètement le contenu rejeté par les assemblées syndicales de la FNEEQ au début du mois de mai. Recul pour les MED, aucun gain pour les précaires, alourdissement des tâches des départements / des RCD / des enseignants (voir 8-4.01a) dernière pastilles – avec un ajout progressif minimal d’ETC, atteignant, la dernière année de la convention, 403 ETC [2] (dont plus d’une centaine non directement destinés à l’enseignement), ajout bien inférieur à celui requis pour répondre à cet alourdissement. Vos délégués au Regroupement ont voté contre cette entente et inscrit leur dissidence.

Nous aurons donc devant nous, lors de la prochaine assemblée syndicale, deux propositions qui devraient être votées à la double majorité (selon la règle de 50 % + 1) : l’une relative à l’entente sectorielle – l’autre à la table centrale. Dans les deux cas, votre exécutif vous fera des recommandations et, pour cette formule de décision, le poids du nombre pourra enfin jouer pleinement son rôle. Nous espérons plus que 300 enseignants à cette assemblée du 16 septembre 2010.

Certes, on peut parler « de récupération de notre droit de négocier » quand on accepte les positions gouvernementales – mais c’est un leurre. On peut dire que « des reculs normatifs ont été évités » et c’est exact que certains éléments du dépôt patronal initial ont été retirés comme dans toute négociation – combien de nos demandes ont suivi la même piste ? Mais peut-on affirmer que les services publics sont préservés des attaques gouvernementales ou que nos conditions de travail sont améliorées ? L’assemblée devra en décider sur le fond.

Vous trouverez ci-joint, en document attachés, le texte intégral de toutes les ententes de principe convenues depuis le début des vacances :

Pour fin de comparaison, vous pouvez aussi consulter les cahiers des demandes initiales adoptées par les assemblées syndicales en début de négociation :

Nous distribuerons également dans vos casiers tous les documents FNEEQ et Front commun traitant de ces ententes dès qu’ils seront disponibles.

[1Contexte économique dont l’analyse varie beaucoup, au Québec, selon l’école de pensée des économistes.

[2Au local, peu de gain car nous recevons déjà une part non négligeable des transferts fédéraux.


titre documents joints

Sectoriel — FNEEQ / CPNC

26 août 2010
info document : PDF
488 ko

Front Commun — Salaires

26 août 2010
info document : PDF
153.7 ko

Front Commun — RREGOP

26 août 2010
info document : PDF
167.6 ko

Front-Commun — Regime retraite des organismes publics

26 août 2010
info document : PDF
144.8 ko

Front Commun — Droits parentaux

26 août 2010
info document : PDF
463.9 ko

Front Commun — Ouvriers spécialisés

26 août 2010
info document : PDF
96.7 ko

Cahier de demandes sectorielles

30 octobre 2009
info document : PDF
326.6 ko

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 913 / 225534

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Archives  Suivre la vie du site Négociations  Suivre la vie du site Négos 2009-2010   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.4 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 1