Syndicat du personnel enseignant du Collège Ahuntsic (FNEEQ-CSN)
À tous les membres du Syndicat du personnel enseignant du Collège Ahuntsic

On a raison d’être révoltés

vendredi 16 décembre 2005

C’est sans doute remplis de colère que vous avez pris connaissance comme nous, de l’infâme et ignoble geste que vient de poser le gouvernement Charest à l’égard des salarié-es du secteur public (et du réseau des CPE) au mépris de la démocratie la plus élémentaire.

Votre exécutif syndical est convoqué au début de la semaine prochaine à un regroupement cégep de la FNEEQ-CSN qui fera le point sur la situation et analysera le contenu de la loi et plus particulièrement, en ce qui nous concerne, les aspect sectoriels qui modifient notre convention collective. Nous serons également, sans doute, appelés à nous pencher sur l’attitude à adopter pour la suite des choses.

Au dernier regroupement cégep, alors que la menace d’un décret se faisait de plus en plus persistante, nous avons présenté une proposition (conformément au mandat que vous nous avez donné lors de la dernière assemblée syndicale) et qui a reçu un fort appui des délégués de la FNEEQ à l’effet d’élaborer, après les 4 jours de grève, une stratégie et un plan d’action, « loi spéciale ou pas », nous permettant de poursuivre la lutte afin d’atteindre nos objectifs.

Mais au-delà de notre révolte, s’il y a une chose dont nous sommes assurés, c’est qu’il nous faudra nous serrer les coudes, pour ensemble, poursuivre et même élargir notre lutte pour atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés en négociation : la protection des enseignants à statut précaire, l’allègement de notre charge d’enseignement, la protection de notre niveau de vie, l’amélioration de nos régimes de retraite, etc.

Il ne faut pas non plus perdre de vue que ces revendications sont indissociables des autres luttes sociales pour maintenir des services publics de qualité. C’est pourquoi la population, en général, s’est jusqu’ici montrée sympathique à nos demandes. Et nous considérons que ça fait aussi partie de notre tâche d’enseignant de témoigner d’une solidarité sans faille dans ces luttes. Ce que nous avons fait au cours de nos 4 jours de grève, nous pouvons en être fiers, nous pouvons le refaire.

S’il y a une leçon que ce gouvernement impopulaire et détesté par une très large partie de la population nous a apprise, c’est que ceux qui osent lutter contre ses politiques finissent tôt ou tard par le faire reculer et que même si cette lutte, comme les étudiants nous l’ont démontré, peut prendre plusieurs formes, elle participe à la résistance populaire.

La lutte est loin d’être terminée. Ce n’est pas d’un coup de baquette législatif qu’on peut faire disparaître le bien-fondé de nos revendications. Cette loi inique n’est qu’une étape à franchir. Gardons le cap. Nous sommes un demi million de salariés de l’État, avec beaucoup d’imagination. Ils ne sont que quelques douzaines de députés, paniqués et en fin de mandat... et sans aucune conscience sociale et morale. C’est inévitable, nous finirons par gagner, parce que nos revendications restent justifiées, parce qu’elles contribuent à un meilleur système d’éducation, parce qu’elles contribuent à une société plus juste et plus humaine.

Et comme toujours, nous vous tiendrons informés des développements de la situation. Une assemblée syndicale sera aussi convoquée dans les meilleurs délais afin de débattre avec vous de la meilleure attitude à adopter pour la poursuite de la lutte.

L’exécutif du SPECA


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 998 / 227947

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Archives  Suivre la vie du site Négociations  Suivre la vie du site Négos 2004-2005   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.4 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 1