Syndicat du personnel enseignant du Collège Ahuntsic (FNEEQ-CSN)

Articles les plus récents

Un budget qui appauvrira davantage !

jeudi 17 mars 2011 par Kim

<script type="text/javascript" src="http://platform.twitter.com/widgets.js"></script>

Québec le 17 mars 2011- La Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics s’indigne que le budget 2011-2012 maintienne le cap en matière budgétaire et dénonce que le gouvernement Charest fasse porter le poids de la lutte au déficit sur le dos des plus pauvres et de la classe moyenne. Alors que plusieurs mesures progressives et plus justes auraient pu être adoptées pour renflouer de façon beaucoup plus équitable les coffres de l’État, le gouvernement a plutôt choisi d’épargner les plus riches et les grandes entreprises qui, en plus de bénéficier des mesures de relance économique, profiteront maintenant de la reprise. Selon la Coalition, représentant plus de 125 organisations, en priorisant la tarification et les compressions plutôt qu’une fiscalité équitable, le gouvernement fait définitivement le choix d’augmenter les inégalités sociales.

Cette année, le gouvernement y va d’une fronde tarifaire supplémentaire avec une hausse fulgurante des frais de scolarité qui portera, à terme, le coût d’un baccalauréat à plus de 11 000$ – 15 000$ si on ajoute les frais afférents – augmentant de 74% la facture actuelle ! Une telle mesure aura nécessairement pour conséquence d’augmenter l’endettement étudiant et de réduire l’accessibilité aux études supérieures. « Alors que l’on sait que les personnes issues de familles moins nanties ont beaucoup moins de chances d’accéder aux études supérieures, la hausse annoncée ne fera qu’instaurer une barrière additionnelle pour ces étudiants, barrière qui constitue dans les faits, une discrimination basée sur le statut socio-économique des individus. Alors que dans son dernier rapport sur le respect des droits humains, l’ONU blâmait le Canada relativement aux frais de scolarité élevés, il est révoltant de voir que ce gouvernement, plutôt que de faire de l’accessibilité aux études supérieures sa priorité, se compare plutôt aux provinces les plus délinquantes en cette matière pour justifier ses hausses de frais de scolarité! » s’insurge Marie-Eve Rancourt, porte-parole de la Coalition.

La Coalition déplore que le budget présenté aujourd’hui reconduise les mesures régressives annoncées lors du dernier budget. De toute évidence, le gouvernement Charest continue d’ignorer la population qui s’est fermement opposée à ces mesures et maintient le cap avec des politiques qui appauvrissent au premier chef la classe moyenne et les personnes à faible revenu: maintien de la taxe santé, de la hausse de la TVQ, de la hausse de la taxe sur l’essence, de la hausse des frais de scolarité, de la hausse annoncée des tarifs d’électricité. La Coalition s’oppose à cette logique de l’utilisateur-payeur qui remet en question le principe d’accessibilité et d’universalité des services publics, qui effrite la solidarité sociale et le respect des droits fondamentaux.

Alors que les compressions budgétaires se traduiront par une diminution des services à la population et par le retrait de l’État de certaines de ses missions essentielles, il est aberrant de constater que ce gouvernement refuse de redistribuer la richesse et de s’attaquer efficacement aux inégalités sociales qui se sont accrues depuis 30 ans. La Coalition rappelle que la crise des finances publiques est le résultat de politiques néolibérales telles les baisses d’impôts qui ont été octroyées depuis les années 2000. Ce sont ces choix qui ont privé les coffres de l’État de plusieurs milliards de dollars. Aujourd’hui, ce sont ces milliards de dollars que l’on tente d’aller chercher dans les poches de la classe moyenne, des étudiants, des moins nantis. Devant l’entêtement du gouvernement à ignorer la population et à maintenir l’imposition de sa révolution tarifaire, la Coalition n’aura d’autres choix que de hausser la pression et d’augmenter les actions de perturbation afin de lui faire entendre raison et de le faire reculer.

-30-
Renseignements :
Marie-Eve Rancourt, Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics :
514-258-0095


Vidéo de la manifestation du 12 mars dernier !

lundi 14 mars 2011 par Kim

<script type="text/javascript" src="http://platform.twitter.com/widgets.js"></script>

Une question de choix

Source : CSN


Arrestations préventives lors de la manifestation de samedi dernier pour un budget équitable – La Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics dénonce les agissements du SPVM

lundi 14 mars 2011 par Kim

<script type="text/javascript" src="http://platform.twitter.com/widgets.js"></script>

 Montréal, le 14 mars 2011 – C’est avec indignation que la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics a appris l’arrestation d’une dizaine de personnes sans aucune raison apparente, lors de la manifestation pour un budget équitable qui a réuni 50 000 personnes au centre-ville de Montréal, le 12 mars. Au moment d’écrire ces lignes, ces personnes sont toujours détenues.

Arrestations arbitraires et profilage social

« Nous étions dans les rues pour réclamer une intervention soutenue de l’État dans les politiques sociales. C’est plutôt à une intervention de son bras armé auquel nous avons eu droit !» s’indigne Marie-Eve Rancourt, porte-parole de la Coalition de 120 groupes qui a organisé la manifestation conjointement avec l’Alliance sociale. Avant même le début de la manifestation, un groupe de dix personnes, portant des vêtements noirs, fut arrêté et mis en détention. À l’aide de policiers hissés sur des chevaux, le groupe fut isolé de la foule, menotté et amené en file indienne dans des voitures de police malgré les réactions de protestation des gens arrêtés et d’une partie de la foule autour. «Selon les informations que nous avons, les dix personnes arrêtées comparaissent aujourd’hui pour répondre à des accusations de port d’arme et de complot dans le but de commettre un crime. Rien dans les informations dont nous disposons nous indique que c’était le cas. Elles ont été arrêtées parce qu’elles portaient des vêtements noirs, tout simplement! » continue François Saillant.

Les droits humains bafoués

Les arrestations préventives de samedi s’apparentent étrangement aux agissements policiers lors du G20 à Toronto en juin dernier. Plus de 1000 personnes avaient alors été détenues «préventivement» pendant plusieurs jours alors qu’elles n’avaient commis aucune infraction. « Nous sommes fortement préoccupés par ce qui semble être une volonté d’empêcher les gens de manifester et une dérive sécuritaire de plus en plus grande. De plus, ces personnes semblent avoir été ciblées à cause de leur allégeance politique. Le Québec, en tant que nation démocratique, se doit de respecter les droits de ses citoyennes et citoyens, et au premier chef, le droit de manifester et celui de l’interdiction de la discrimination basée sur les convictions politiques des personnes » termine Marie-Eve Rancourt.

Informations :
Marie-Eve Rancourt : 514-258-0095
François Saillant : 514-919-2843


Grande manifestation pour un budget équitable pour tous et toutes

samedi 12 mars 2011 par Kim

<script type="text/javascript" src="http://platform.twitter.com/widgets.js"></script>

 

« Monsieur Charest, d’autres voies sont possibles, il n’en tient qu’à vous, c’est une question de choix! »
Les porte-parole de l’événement
Montréal, samedi 12 mars 2011 –  Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont répondu à l’appel à manifester de l’Alliance sociale et de la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics. Elles ont exigé du gouvernement Charest un changement de cap radical en matière budgétaire.

Un changement de cap nécessaire…
À la veille de la présentation du discours du budget, les membres de la Coalition et de l’Alliance réclament une intervention soutenue de l’État afin d’assurer un accès universel et sans discrimination à des services publics de santé et d’éducation de qualité, des programmes sociaux assurant le plein respect des droits, la création d’emplois décents, ainsi qu’un développement durable et profitable pour l’ensemble de la société québécoise.

Les porte-parole exigent le retrait de plusieurs mesures régressives déjà annoncées, dont la fameuse « taxe santé », la hausse des frais de scolarité et la tarification tous azimuts. De telles mesures ont directement pour effet de transférer sur les épaules des utilisateurs une part croissante du financement de services jusque-là pris en main collectivement par l’ensemble de la population du Québec et d’accroître la pauvreté.

Ils pressent le gouvernement de reporter le retour à l’équilibre budgétaire au-delà de 2013-2014 alors que les gouvernements voisins, en Ontario, au Canada et aux États-Unis se donnent quelques années de plus pour y arriver. Cela, disent-ils, mettrait en péril les services publics, de plus en plus mis à mal par des coupes considérables et une privatisation débridée.

Ils réclament une contribution fiscale plus importante de la part des plus fortunés et des entreprises, l’augmentation des redevances sur les ressources naturelles, une intensification de la lutte contre l’évasion fiscale et les paradis fiscaux, ainsi qu’une politique d’achat des médicaments permettant de réduire leur poids dans les dépenses de santé. Ils demandent également que les mesures adoptées le soient dans le respect des communautés locales, régionales et de leur environnement.

… à l’enseigne de l’équité et de la justice

Le gouvernement du Québec doit se faire le représentant de l’ensemble de la population. Pour ce faire, il se doit d’orienter son prochain budget sur une base d’équité et de justice pour l’ensemble des groupes qui forment la société québécoise, plutôt que d’augmenter ses revenus aux dépens des familles à bas revenus et de la classe moyenne. Il pourrait ainsi favoriser une meilleure distribution de la richesse, une meilleure égalité entre les hommes et les femmes et l’élimination de la pauvreté.

La Coalition et l’Alliance avec les 150 organisations qui les composent, sont on ne peut plus représentatives de la société civile du Québec. Elles regroupent des personnes issues de toutes les couches de la société québécoise : travailleurs et travailleuses, citoyens et citoyennes engagés, syndicalistes, étudiants et étudiantes, personnes handicapées, immigrants et immigrantes, femmes, jeunes, aînés, chômeurs et chômeuses, personnes assistées sociales…

C’est pourquoi nous disons au gouvernement Charest : il n’est pas trop tard pour changer de cap, il vous appartient de faire les bons choix et de choisir la voie de l’équité et de la justice!

– 30 –

Renseignements :

Jean Laverdière, Alliance sociale, 514 893-7809
Catheryn Roy-Goyette, Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics : 514 806-2118

Note :  cliquez ici pour voir la liste des membres de l’Alliance sociale et de la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics


Manifestion nationale – 12 mars 2011

lundi 14 février 2011 par Stephane

<script type="text/javascript" src="http://platform.twitter.com/widgets.js"></script>

Manifestation Nationale Samedi 12 mars


Sans titre

jeudi 27 janvier 2011 par Stephane

<script type="text/javascript" src="http://platform.twitter.com/widgets.js"></script>

 

Soyons nombreux et nombreuses dans la rue le 12 mars pour dire à M. Charest que nous disons NON à la tarification et à la privatisation des services publics, NON à l’appauvrissement de la classe moyenne et des moins nantiEs.

Le prochain budget doit répartir la richesse et favoriser l’émergence d’un Québec plus juste, plus égalitaire.

Le 12 mars, manifestons ensemble!

Différents outils de mobilisation sont disponibles, TÉLÉCHARGEZ-LES ! 


Budget du Québec, une question de choix ! – L’Alliance sociale et la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation s’unissent

mardi 25 janvier 2011 par Stephane

<script type="text/javascript" src="http://platform.twitter.com/widgets.js"></script>

MONTRÉAL, le 24 janvier 2011 – Près de 150 organisations syndicales, communautaires, étudiantes, féministes, populaires et écologistes composant l’Alliance sociale et la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics s’unissent pour proposer des mesures progressistes et réalistes en vue du prochain budget que présentera le ministre des Finances, Raymond Bachand. Pour ce faire, ils annoncent la tenue d’une grande manifestation le 12 mars à Montréal, à 13 h.

Grande manifestation

12 mars – Montréal

12h00 – Place du Canada

coin René-Lévesque et Peel (métro Peel)

(plus de détails à venir : revenez nous voir !)

Malheureusement, le ministre des Finances a déjà clairement indiqué que son budget serait en ligne droite avec le précédent. Les membres de la Coalition et de l’Alliance jugent qu’il ne fait pas les bons choix budgétaires. « Le gouvernement Charest invoque la précarité des finances publiques pour justifier ses politiques alors que des solutions équitables sont à portée de main. C’est pour cette raison que nous nous opposons à plusieurs des mesures qu’il met de l’avant parce qu’elles ne font qu’alourdir le fardeau des citoyennes et des citoyens du Québec au risque de mettre en péril l’équilibre financier des familles », ont plaidé les représentantes et les représentants de l’Alliance et de la Coalition.

Non aux mesures injustes

L’Alliance sociale et la Coalition s’opposent fermement à la tarification et à la privatisation des services. « Nous nous opposons à toutes formes de taxation régressive qui pèsent davantage sur les personnes moins fortunées et celles dont la santé est la plus fragile. En ce sens, la taxe santé de 200 $, en plus d’être discriminatoire à l’égard des femmes, est profondément inéquitable, car elle demande le même effort à tous les ménages, et ce, indépendamment de leurs revenus. Il s’agit là d’un recul social important et nous exigeons du gouvernement qu’il la retire », ajoutent-elles.

Les deux organisations rejettent aussi la hausse des droits de scolarité prévue à compter de 2012, car elle réduit l’accessibilité aux études universitaires. Elles s’insurgent de la mauvaise gestion constatée dans certaines universités où les primes faramineuses semblent être devenues monnaie courante. Elles considèrent que d’autres choix existent pour mieux financer nos universités.

La Coalition et l’Alliance remettent aussi en question l’ampleur des compressions budgétaires envisagées. Elles mineront, à leur avis, la qualité des services publics et des programmes sociaux et ouvriront la porte encore plus grande à leur privatisation. Elles auront aussi pour effet de renvoyer aux familles et, en premier lieu, aux femmes des responsabilités jusqu’ici assumées par l’État.

Oui à de meilleurs choix

L’Alliance et la Coalition seront donc dans les rues le 12 mars prochain pour exiger du gouvernement qu’il fasse les bons choix. « Il est temps que ce gouvernement privilégie des choix plus socialement acceptables qui tiennent compte d’une meilleure redistribution de la richesse. Il doit investir dans les services à la population et mettre tout en œuvre pour que les emplois soient de qualité », ont conclu les représentantes et les représentants de la Coalition et de l’Alliance sociale.


Quelques images de la manifestation du 23 novembre 2010

mercredi 24 novembre 2010 par Stephane

<script type="text/javascript" src="http://platform.twitter.com/widgets.js"></script>

La colère contre les mesures injustes du dernier budget du gouvernement Charest a monté d’un cran le 23 novembre !
Plus d’une centaine de membres de la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics ont bloqué pendant 90 minutes toutes les entrées de l’édifice d’Hydro-Québec à Montréal ! Plus de 1500 personnes étaient dans les rues de Montréal pour les appuyer !

Voici quelques images de la manifestation :


Colère contre le budget : blocage de l’édifice d’Hydro-Québec, à Montréal

mardi 23 novembre 2010 par Stephane

<script type="text/javascript" src="http://platform.twitter.com/widgets.js"></script>

La colère contre les mesures injustes du dernier budget du gouvernement Charest a monté d’un cran, le 23 novembre, alors que plus d’une centaine de membres de la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics ont bloqué pendant 90 minutes toutes les entrées de l’édifice d’Hydro-Québec à Montréal, avec l’appui de plus d’un millier de personnes. « En bloquant Hydro-Québec, nous démontrons notre volonté de tout mettre en œuvre pour bloquer les mesures injustes du budget, dont la hausse brutale des tarifs d’électricité », a expliqué Marie-Ève Rancourt, porte-parole de la Coalition.

D’autres actions directes ont été organisées ailleurs au Québec. Dans la Capitale nationale, une centaine de personnes, dont plusieurs étudiantes et étudiants du Cégep F-X Garneau, ont bloqué Charest (le boulevard !), à la hauteur de Saint-Sacrement. À Rivière-du-Loup 500 membres de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS) de la CSN, en congrès dans le Bas-du-Fleuve ont bloqué la circulation sur le boulevard de l’Hôtel-de-Ville pendant 30 minutes. À Gatineau, c’est une clinique privée de santé qui a été bloquée par une soixantaine de manifestants et de manifestantes. Le même nombre de personnes a manifesté devant les bureaux d’Hydro-Québec à Longueuil, après avoir déroulé une longue bannière de 20 pieds, visible de l’autoroute 30. À Sherbrooke enfin, 200 personnes ont participé à la manifestation perturbante de la coalition régionale.

Mme Rancourt explique ainsi la radicalisation des actions de la Coalition, formée de plus de 120 organisations communautaires, syndicales, étudiantes et féministes: « Depuis la présentation de son budget, le 29 mars, le premier ministre Charest et son gouvernement ont fait la sourde oreille aux protestations de la population. Leur seule concession a été l’abandon du ticket modérateur sur la santé et encore là, ils nous ont avertis qu’ils allaient trouver l’argent ailleurs dans nos poches. Comme le gouvernement ne comprend pas, nous devons monter le ton ».

Outre l’augmentation des tarifs d’électricité, la Coalition s’oppose à la contribution santé annuelle de 200 $ par personne, l’accélération de la hausse des frais de scolarité et la hausse de deux points en deux ans de la Taxe de vente du Québec. La Coalition qualifie ces mesures de « régressives », parce qu’elles toucheront plus durement la classe moyenne et les ménages appauvris que les contribuables riches. Elle en exige donc le retrait, tout comme celui des compressions budgétaires ayant des effets sur la qualité et l’accessibilité des services. Elle met finalement le gouvernement en garde contre toute volonté de privatisation encore plus grande des services publics.

Une autre porte-parole, Régine Laurent, présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), qualifie de faux l’argument selon lequel le gouvernement n’a pas le choix : « Oui, le gouvernement a le choix. Il a le choix d’aller chercher l’argent où il se trouve, en augmentant l’impôt des contribuables à plus haut revenu et des grandes entreprises. Il a le choix de revoir les privilèges fiscaux dont ils disposent, d’augmenter les redevances des compagnies minières, d’introduire des mesures de contrôle du prix des médicaments. Il a le choix de lutter plus agressivement contre l’évasion fiscale. Il a le choix de revoir son calendrier d’atteinte du déficit zéro ».

La Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics entend intensifier ses pressions d’ici le prochain budget du gouvernement québécois. Une grande manifestation nationale est notamment planifiée pour l’hiver 2011.

pour voir des photos de l’action de Montréal : http://www.flickr.com/photos/laffq/5201914553/in/set-72157625329663797/


Le ton monte contre les mesures injustes du budget du gouvernement Charest

mardi 23 novembre 2010 par Stephane

<script type="text/javascript" src="http://platform.twitter.com/widgets.js"></script>

Montréal, le 23 novembre 2010 – La colère contre les mesures injustes du dernier budget monte d’un cran aujourd’hui, alors que la Coalition opposée à la tarification et la privatisation des services publics organise des actions directes et des rassemblements publics dans les villes de Montréal, Québec, Gatineau, Sherbrooke, Longueuil et Rivière-du-Loup. À Montréal, au moins un millier de personnes participent au blocage d’un édifice gouvernemental.

Marie-Ève Rancourt du Mouvement d’éducation populaire et d’action communautaire du Québec explique la radicalisation des actions de la Coalition : « Depuis la présentation de son budget, le 29 mars, le premier ministre Charest et son gouvernement ont fait la sourde oreille aux protestations de la population. Leur seule concession a été l’abandon du ticket modérateur sur la santé et encore là, ils nous ont déjà avertis qu’ils allaient trouver l’argent ailleurs dans nos poches. Comme le gouvernement ne comprend pas, nous nous devons de monter le ton. »

La Coalition, formée de plus de 120 organisations communautaires, syndicales, étudiantes et féministes, réclame le retrait de plusieurs mesures du budget, dont la contribution santé annuelle de 200 $ par personne, l’accélération de la hausse des frais de scolarité, l’augmentation brutale des tarifs d’électricité, de même que la hausse de deux points en deux ans de la Taxe de vente du Québec. Toutes ces mesures toucheront plus durement la classe moyenne et les ménages appauvris que les contribuables riches. C’est pourquoi la Coalition les qualifie de « régressives ». Elle veut aussi que le gouvernement retire l’ensemble des compressions budgétaires ayant des effets sur la qualité et l’accessibilité des services et le met en garde contre toute volonté de privatisation encore plus grande des services publics.

Une autre porte-parole, Régine Laurent, présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), qualifie de faux l’argument selon lequel le gouvernement n’a pas le choix : « Oui, le gouvernement a le choix. Il a le choix d’aller chercher l’argent où il se trouve, en augmentant l’impôt des contribuables à plus haut revenu et des grandes entreprises. Il a le choix de revoir les privilèges fiscaux dont ils disposent, d’augmenter les redevances des compagnies minières, d’introduire des mesures de contrôle du prix des médicaments. Il a le choix de lutter plus agressivement contre l’évasion fiscale. Il a le choix de revoir son calendrier d’atteinte du déficit zéro ».

La Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics entend intensifier ses pressions d’ici le prochain budget du gouvernement québécois. Une grande manifestation nationale est notamment planifiée pour l’hiver 2011.

- 30 -

Pour plus d’informations
Marie-Ève Rancourt, MÉPACQ
François Saillant, FRAPRU
Québec : Olivier Grondin, Association des étudiants et étudiantes du Cégep Garneau
Sherbrooke : Suzanne Thériault, Solidarité populaire Estrie
Gatineau (Hull), Réseau de vigilance Outaouais: David Clément
Longueuil (Saint-Hubert) Collectif montérégien de lutte contre la pauvreté : Daniel Pellerin
Rivière-du-Loup : Philippe Crevier, Fédération de la santé et des services sociaux, CSN

http://www.nonauxhausses.org/


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 234870

Suivre la vie du site fr    ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 1