Syndicat du personnel enseignant du Collège Ahuntsic (FNEEQ-CSN)

Articles les plus récents

10 milliards $ de solutions : nous avons les moyens de faire autrement !

jeudi 3 avril 2014 par vero laflamme

10Milliard$L’austérité budgétaire n’est pas une fatalité! Avec sa campagne 10 milliards de $ de solutions, nous avons les moyens de faire autrement, la Coalition se mobilise pour une meilleure redistribution de la richesse. Elle propose 19 solutions fiscales pour financer adéquatement les services publics et  les programmes sociaux sans recourir aux compressions et à la tarification des services publics.

La tarification des services publics (électricité, éducation, santé, garderies, etc.) refile la majeure partie de la facture à la classe moyenne et aux personnes les moins fortunées et contribue à l’accroissement des inégalités sociales. La Coalition  déplore par ailleurs que les milliards de revenus dont se sont privés les gouvernements successifs ces dernières années, en diminuant les impôts des plus riches et des compagnies, mettent à mal le respect des droits économiques et sociaux et la capacité de la société de financer adéquatement les programmes sociaux.

La richesse existe! La coalition a préparé 5 fiches thématiques visant à informer la population sur différentes solutions fiscales. La Coalition propose notamment d’augmenter le nombre de paliers d’imposition, de restaurer la taxe sur le capital des banques, de mieux contrôler le  coût des médicaments et d’augmenter l’impôt des grosses entreprises.

La  fiche générale  porte sur l’ensemble des solutions fiscales. La 4 autres fiches sont des fiches thématiques explicitant 4 des 19 solutions fiscales:

banques

Réinstaurer la taxe sur le capital pour les entreprises financières = 1 milliards $ par année.

Fiche #3: Augmenter le nombre de paliers d'imposition = 1 milliards $ de plus ar année

Augmenter le nombre de paliers d’imposition = 1 milliard $ de plus par année

Fiche #2: contrôler le coût des médicaments = 1 milliards $ de plus par année

Contrôler le coût des médicaments = 1 milliard $ de plus par année

Augmenter le taux d'imposition des entreprises (sauf les PME) = 1,2 milliards $

Augmenter le taux d’imposition des entreprises (sauf les PME) = 1,2 milliard $


La Coalition sera de la manifestation contre l’austérité. Les groupes sociaux réclament un changement de cap du prochain gouvernement.

mercredi 2 avril 2014 par vero laflamme

IMG_2652 - copieMontréal, le 2 avril 2014 – La Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics appuie la manifestation nationale contre l’austérité organisée par l’Association pour une solidarité syndicale (ASSÉ). Des  membres de groupes sociaux, autant communautaires, féministes que syndicaux, y marcheront aux côtés des étudiantes et étudiants pour dénoncer le recours accru à des mesures d’austérité. La Coalition s’inquiète de l’augmentation des inégalités sociales au Québec causée notamment par la tarification et la privatisation des services publics, les compressions budgétaires et les coupures dans les programmes sociaux comme celles à l’aide sociale.

Au lendemain de la hausse de 4,3% des tarifs d’Hydro-Québec, la Coalition soutient que cette tarification croissante des services publics comme la hausse des frais de scolarité, l’instauration de la taxe santé, auxquelles pourraient s’ajouter une hausse des tarifs des CPE ou encore l’assurance-autonomie, appauvrit la majeure partie de la population. « Les femmes, qui  gagnent encore en moyenne 70% du salaire des homme, sont particulièrement touchées par ces hausses de tarifs»,  rappelle Lyse Cloutier de L’R des centres de femmes du Québec. « L’égalité de fait n’est pas encore atteinte et pour qu’elle soit une réalité, il faudrait aller dans la direction inverse : renforcer les services publics plutôt que de les marchander! » affirme-t-elle.

Moins visibles, les compressions budgétaires successives des dernières années dans les ministères et dans les organismes, ont un impact sur l’accessibilité, mais également sur la qualité des services publics soutient la Coalition. Les travailleuses et les travailleurs de ces services le constatent quotidiennement, comme en témoigne Dominique Daigneault, présidente du Conseil central du Montréal métropolitain de la CSN : « Comme les gouvernements québécois successifs appliquent une pratique de non-remplacement de certains employés lors de leurs départs à la retraite dans les services publics, cela a une incidence sur la charge de travail du personnel restant et, évidemment, sur les services offerts à la population ». « La pensée magique de faire plus avec moins a des limites, et cette limite nous l’avons atteinte depuis longtemps », conclue-t-elle.

La Coalition rappelle que tout en voulant se faire les champions du déficit zéro, les derniers gouvernements ont refusé d’aller chercher des revenus supplémentaires par le biais d’une fiscalité plus progressive et choisi des mesures régressives. Elle craint que le budget qui sera présenté dans les prochaines semaines s’inscrive dans cette lignée.

« C’est révoltant de voir qu’on bafoue des droits fondamentaux comme celui à un revenu décent,  au logement, à l’éducation, à la santé, à l’alimentation, quand on sait qu’on a amplement les moyens de faire autrement », s’insurge Véronique Laflamme, du FRAPRU. « En diminuant la contribution fiscale des entreprises et les impôts des plus fortunés, les gouvernements successifs des dernières années se sont privés de moyens, ce qui a pour résultat de nous appauvrir collectivement », dénonce-t-elle. Ces politiques augmentent les écarts entre les plus riches et les plus pauvres.

La Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics avertit les partis qui seront à l’Assemblée nationale le 7 avril que s’ils ne cessent de faire des choix politiques qui favorisent les intérêts d’une minorité, ils devront s’attendre à l’accroissement de la contestation sociale. La Coalition mène actuellement une campagne pour une meilleure redistribution de la richesse. Elle met de l’avant 19 solutions fiscales, totalisant 10 milliards $ par année pour les coffres de l’État, qui permettraient de financer adéquatement les services publics et  les programmes sociaux et d’éviter des mesures d’austérité. On peut trouver le détails de ces propositions en ligne à : www.nonauxhausses.org/10-milliards

-30-

Informations :
Véronique Laflamme, FRAPRU, Co-porte-parole de la Coalition : 514 522-1010; 418 956-3403 (cell.)
@nonauxhausses #10milliards


La Coalition sera de la manifestation contre l’austérité. Les groupes sociaux réclament un changement de cap du prochain gouvernement.

mercredi 2 avril 2014 par Coalition

IMG_2652 - copieMontréal, le 2 avril 2014 – La Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics appuie la manifestation nationale contre l’austérité organisée par l’Association pour une solidarité syndicale (ASSÉ). Des  membres de groupes sociaux, autant communautaires, féministes que syndicaux, y marcheront aux côtés des étudiantes et étudiants pour dénoncer le recours accru à des mesures d’austérité. La Coalition s’inquiète de l’augmentation des inégalités sociales au Québec causée notamment par la tarification et la privatisation des services publics, les compressions budgétaires et les coupures dans les programmes sociaux comme celles à l’aide sociale.

Au lendemain de la hausse de 4,3% des tarifs d’Hydro-Québec, la Coalition soutient que cette tarification croissante des services publics comme la hausse des frais de scolarité, l’instauration de la taxe santé, auxquelles pourraient s’ajouter une hausse des tarifs des CPE ou encore l’assurance-autonomie, appauvrit la majeure partie de la population. « Les femmes, qui  gagnent encore en moyenne 70% du salaire des homme, sont particulièrement touchées par ces hausses de tarifs»,  rappelle Lyse Cloutier de L’R des centres de femmes du Québec. « L’égalité de fait n’est pas encore atteinte et pour qu’elle soit une réalité, il faudrait aller dans la direction inverse : renforcer les services publics plutôt que de les marchander! » affirme-t-elle.

Moins visibles, les compressions budgétaires successives des dernières années dans les ministères et dans les organismes, ont un impact sur l’accessibilité, mais également sur la qualité des services publics soutient la Coalition. Les travailleuses et les travailleurs de ces services le constatent quotidiennement, comme en témoigne Dominique Daigneault, présidente du Conseil central du Montréal métropolitain de la CSN : « Comme les gouvernements québécois successifs appliquent une pratique de non-remplacement de certains employés lors de leurs départs à la retraite dans les services publics, cela a une incidence sur la charge de travail du personnel restant et, évidemment, sur les services offerts à la population ». « La pensée magique de faire plus avec moins a des limites, et cette limite nous l’avons atteinte depuis longtemps », conclue-t-elle.

La Coalition rappelle que tout en voulant se faire les champions du déficit zéro, les derniers gouvernements ont refusé d’aller chercher des revenus supplémentaires par le biais d’une fiscalité plus progressive et choisi des mesures régressives. Elle craint que le budget qui sera présenté dans les prochaines semaines s’inscrive dans cette lignée.

« C’est révoltant de voir qu’on bafoue des droits fondamentaux comme celui à un revenu décent,  au logement, à l’éducation, à la santé, à l’alimentation, quand on sait qu’on a amplement les moyens de faire autrement », s’insurge Véronique Laflamme, du FRAPRU. « En diminuant la contribution fiscale des entreprises et les impôts des plus fortunés, les gouvernements successifs des dernières années se sont privés de moyens, ce qui a pour résultat de nous appauvrir collectivement », dénonce-t-elle. Ces politiques augmentent les écarts entre les plus riches et les plus pauvres.

La Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics avertit les partis qui seront à l’Assemblée nationale le 7 avril que s’ils ne cessent de faire des choix politiques qui favorisent les intérêts d’une minorité, ils devront s’attendre à l’accroissement de la contestation sociale. La Coalition mène actuellement une campagne pour une meilleure redistribution de la richesse. Elle met de l’avant 19 solutions fiscales, totalisant 10 milliards $ par année pour les coffres de l’État, qui permettraient de financer adéquatement les services publics et  les programmes sociaux et d’éviter des mesures d’austérité. On peut trouver le détails de ces propositions en ligne à : www.nonauxhausses.org/10-milliards

-30-

Informations :
Véronique Laflamme, FRAPRU, Co-porte-parole de la Coalition : 514 522-1010; 418 956-3403 (cell.)
@nonauxhausses #10milliards


Pour une fiscalité plus juste (article dans la Revue Relations)

lundi 24 mars 2014 par Kim

Voici un article paru dans la revue Relations du mois de mars 2014 (voir la deuxième page) sur les solutions fiscales de la Coalition. cet article a été écrit par Élisabeth Gibeau d’Union des consommateurs et de la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics.

Pour lire l’article

 


Pour une fiscalité plus juste (article dans la Revue Relations)

lundi 24 mars 2014 par Coalition

Voici un article paru dans la revue Relations du mois de mars 2014 (voir la deuxième page) sur les solutions fiscales de la Coalition. cet article a été écrit par Élisabeth Gibeau d’Union des consommateurs et de la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics.

Pour lire l’article

 


10 milliards $ de solutions : nous avons les moyens de faire autrement !

jeudi 20 mars 2014 par vero laflamme

10Milliard$L’austérité budgétaire n’est pas une fatalité! Avec sa campagne 10 milliards de $ de solutions, nous avons les moyens de faire autrement, la Coalition se mobilise pour une meilleure redistribution de la richesse. Elle propose 19 solutions fiscales pour financer adéquatement les services publics et  les programmes sociaux sans recourir aux compressions et à la tarification des services publics.

La tarification des services publics (électricité, éducation, santé, garderies, etc.) refile la majeure partie de la facture à la classe moyenne et aux personnes les moins fortunées et contribue à l’accroissement des inégalités sociales. La Coalition  déplore par ailleurs que les milliards de revenus dont se sont privés les gouvernements successifs ces dernières années, en diminuant les impôts des plus riches et des compagnies, mettent à mal le respect des droits économiques et sociaux et la capacité de la société de financer adéquatement les programmes sociaux.

 

La richesse existe! Au cours de la campagne, la coalition diffusera 5 fiches thématiques qui permettront à la population de mieux s’informer sur différentes solutions fiscales. La Coalition propose notamment d’augmenter le nombre de paliers d’imposition, de restaurer la taxe sur le capital des banques, de mieux contrôler le  coût des médicaments et d’augmenter l’impôt des grosses entreprises.

La  fiche générale  porte sur l’ensemble des solutions fiscales. La 4 autres fiches sont des fiches thématiques explicitant 4 des 19 solutions fiscales:

Fiche #3: Augmenter le nombre de paliers d'imposition = 1 milliards $ de plus ar année

Augmenter le nombre de paliers d’imposition = 1 milliard $ de plus par année

Fiche #2: contrôler le coût des médicaments = 1 milliards $ de plus par année

Contrôler le coût des médicaments = 1 milliard $ de plus par année

Augmenter le taux d'imposition des entreprises (sauf les PME) = 1,2 milliards $

Augmenter le taux d’imposition des entreprises (sauf les PME) = 1,2 milliard $


Élections provinciales : Une vaste coalition de groupes sociaux propose 10 milliards$ de solutions fiscales à l’austérité

jeudi 20 mars 2014 par vero laflamme

004 Photo Michel Giroux  20 mars 14Montréal, le 20 mars 2014 – À l’occasion du débat des chefs, la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics s’invite dans la campagne électorale québécoise. La Coalition interpelle les représentantes et représentants des principaux partis politiques afin de les entendre sur leurs propositions pour réformer la fiscalité dans une optique de justice sociale. Depuis 2010, et actuellement dans le cadre de sa campagne 10 milliards de $ de solutions, nous avons les moyens de faire autrement, la Coalition suggère plusieurs moyens pour financer les services publics et améliorer le bien-être de la population.

« Depuis le début de la campagne électorale, il est inquiétant de constater le peu d’engagements des partis politiques en vue d’instaurer un pacte fiscal plus juste et plus équitable entre les individus d’une part, et les banques et les entreprises, d’autre part », de souligner Dominique Daigneault, présidente du Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM–CSN). « Les solutions que nous proposons doivent être prises au sérieux par les partis politiques. Concrètement, elles permettraient de financer l’État sans recourir à la tarification ou à la privatisation de nos services publics », d’ajouter madame Daigneault.

« Si le gouvernement rétablissait les paliers d’imposition pour les particuliers qu’il a abolis au cours des 25 dernières années, il irait chercher un milliard de dollars de revenus supplémentaires, tout en allégeant la facture fiscale de 87 % des contribuables », d’expliquer Élisabeth Gibeau, d’Union des consommateurs. Même le Fonds monétaire international (FMI) affirme que l’on dispose de « toute la marge de manœuvre voulue pour augmenter les impôts des plus riches ». La Coalition propose aussi de restaurer la taxe sur le capital des banques, sachant que plus de la moitié d’entre elles réussissent à ne payer aucun impôt chaque année. « Le rétablissement de cette taxe permettrait de récolter plus de 600 millions de dollars et d’aller chercher une plus juste contribution fiscale de ces institutions », de soutenir madame Gibeau. Le contrôle du coût des médicaments serait, quant à lui, une autre façon pour le gouvernement d’aller récupérer un milliard de dollars. La Coalition met aussi de l’avant le fait que les baisses d’impôt des entreprises ont démontré leur inutilité pour stimuler l’investissement et la productivité. Dans cette perspective, il serait opportun que l’impôt des entreprises soit augmenté, sauf pour les PME.

S’ils ne tenaient pas compte de ces avenues, les partis politiques feraient preuve de manque de courage et de vision sociale. « Au fil des ans, les gouvernements nous ont conduits vers des politiques régressives en matière d’accès aux services publics. Ils ont généralisé la formule utilisateur-payeur sans tenir compte des revenus réels des individus. La classe moyenne récupère ainsi le gros de la facture des dépenses publiques et les moins nantis subissent les conséquences des coupes de dépenses », de dénoncer Dominique Goneau, de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ). « Nous interpellons les partis politiques pour savoir ce qu’ils comptent faire pour rétablir un environnement fiscal plus juste et pour mieux partager la richesse », d’insister monsieur Goneau.

C’est d’ailleurs pour illustrer de manière symbolique son propos que la Coalition a tenu son point de presse aujourd’hui au Square Victoria à proximité des banques Scotia, TD et RBC, ainsi que du Centre de commerce mondial et de la Bourse de Montréal. « Nous avons les moyens de faire autrement pour financer nos services publics et nous espérons que le message soit entendu par les candidates et les candidats aux prochaines élections. Le futur gouvernement du Québec doit mettre en place une véritable politique fiscale progressive lui permettant de renflouer ses coffres sans tarifer et taxer les services publics », de conclure monsieur Goneau.

 

À propos

La Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics regroupe 85 organisations sociales d’horizons divers. Ces groupes représentent des secteurs allant des centres de femmes aux personnes retraitées, en passant par des organismes œuvrant en consultation budgétaire et en consommation, des groupes de défense des droits et libertés, des organisations syndicales, des associations étudiantes, des groupes de lutte à la pauvreté, des organisations communautaires, etc.

La Coalition revendique un financement adéquat et un meilleur accès aux services publics et aux programmes sociaux. Elle propose la recherche d’autres sources de revenus favorisant une meilleure redistribution de la richesse, notamment une fiscalité plus progressive.

– 30 –

 

Pour renseignements ou pour des demandes d’entrevues :

Kim De Baene
514 222-4912

Véronique Laflamme
418 956-3403

Pour de plus amples informations, consultez le site de la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics : www.nonauxhausses.org
#10milliards
@nonauxhausses


Élections provinciales : Une vaste coalition de groupes sociaux propose 10 milliards$ de solutions fiscales à l’austérité

jeudi 20 mars 2014 par Coalition

004 Photo Michel Giroux  20 mars 14Montréal, le 20 mars 2014 – À l’occasion du débat des chefs, la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics s’invite dans la campagne électorale québécoise. La Coalition interpelle les représentantes et représentants des principaux partis politiques afin de les entendre sur leurs propositions pour réformer la fiscalité dans une optique de justice sociale. Depuis 2010, et actuellement dans le cadre de sa campagne 10 milliards de $ de solutions, nous avons les moyens de faire autrement, la Coalition suggère plusieurs moyens pour financer les services publics et améliorer le bien-être de la population.

« Depuis le début de la campagne électorale, il est inquiétant de constater le peu d’engagements des partis politiques en vue d’instaurer un pacte fiscal plus juste et plus équitable entre les individus d’une part, et les banques et les entreprises, d’autre part », de souligner Dominique Daigneault, présidente du Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM–CSN). « Les solutions que nous proposons doivent être prises au sérieux par les partis politiques. Concrètement, elles permettraient de financer l’État sans recourir à la tarification ou à la privatisation de nos services publics », d’ajouter madame Daigneault.

« Si le gouvernement rétablissait les paliers d’imposition pour les particuliers qu’il a abolis au cours des 25 dernières années, il irait chercher un milliard de dollars de revenus supplémentaires, tout en allégeant la facture fiscale de 87 % des contribuables », d’expliquer Élisabeth Gibeau, d’Union des consommateurs. Même le Fonds monétaire international (FMI) affirme que l’on dispose de « toute la marge de manœuvre voulue pour augmenter les impôts des plus riches ». La Coalition propose aussi de restaurer la taxe sur le capital des banques, sachant que plus de la moitié d’entre elles réussissent à ne payer aucun impôt chaque année. « Le rétablissement de cette taxe permettrait de récolter plus de 600 millions de dollars et d’aller chercher une plus juste contribution fiscale de ces institutions », de soutenir madame Gibeau. Le contrôle du coût des médicaments serait, quant à lui, une autre façon pour le gouvernement d’aller récupérer un milliard de dollars. La Coalition met aussi de l’avant le fait que les baisses d’impôt des entreprises ont démontré leur inutilité pour stimuler l’investissement et la productivité. Dans cette perspective, il serait opportun que l’impôt des entreprises soit augmenté, sauf pour les PME.

S’ils ne tenaient pas compte de ces avenues, les partis politiques feraient preuve de manque de courage et de vision sociale. « Au fil des ans, les gouvernements nous ont conduits vers des politiques régressives en matière d’accès aux services publics. Ils ont généralisé la formule utilisateur-payeur sans tenir compte des revenus réels des individus. La classe moyenne récupère ainsi le gros de la facture des dépenses publiques et les moins nantis subissent les conséquences des coupes de dépenses », de dénoncer Dominique Goneau, de l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ). « Nous interpellons les partis politiques pour savoir ce qu’ils comptent faire pour rétablir un environnement fiscal plus juste et pour mieux partager la richesse », d’insister monsieur Goneau.

C’est d’ailleurs pour illustrer de manière symbolique son propos que la Coalition a tenu son point de presse aujourd’hui au Square Victoria à proximité des banques Scotia, TD et RBC, ainsi que du Centre de commerce mondial et de la Bourse de Montréal. « Nous avons les moyens de faire autrement pour financer nos services publics et nous espérons que le message soit entendu par les candidates et les candidats aux prochaines élections. Le futur gouvernement du Québec doit mettre en place une véritable politique fiscale progressive lui permettant de renflouer ses coffres sans tarifer et taxer les services publics », de conclure monsieur Goneau.

 

À propos

La Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics regroupe 85 organisations sociales d’horizons divers. Ces groupes représentent des secteurs allant des centres de femmes aux personnes retraitées, en passant par des organismes œuvrant en consultation budgétaire et en consommation, des groupes de défense des droits et libertés, des organisations syndicales, des associations étudiantes, des groupes de lutte à la pauvreté, des organisations communautaires, etc.

La Coalition revendique un financement adéquat et un meilleur accès aux services publics et aux programmes sociaux. Elle propose la recherche d’autres sources de revenus favorisant une meilleure redistribution de la richesse, notamment une fiscalité plus progressive.

– 30 –

 

Pour renseignements ou pour des demandes d’entrevues :

Kim De Baene
514 222-4912

Véronique Laflamme
418 956-3403

Pour de plus amples informations, consultez le site de la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics : www.nonauxhausses.org
#10milliards
@nonauxhausses


Hausse des tarifs d’Hydro-Québec : Moins que 5,8% mais toujours trop élevée

jeudi 6 mars 2014 par vero laflamme

Montréal, le 6 mars 2014 –  C’est sans surprise et avec déception, que la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics, reçoit la décision de la Régie de l’énergie d’accorder une hausse tarifaire à partir du 1er avril 2014.

 Bien que la population québécoise ait évité la hausse de 5,8% demandée initialement par la société d’État, elle subira une hausse de 4,3 % de sa facture dès le mois prochain. Pour la Coalition, dont les membres se mobilisent depuis plusieurs mois autour de cet enjeu, cette hausse aurait pu être bien moindre.  « Si le gouvernement sortant n’avait pas fait payer le prix de décisions politiques aux usagers et aux usagères d’Hydro-Québec, -ce n’est pas une hausse de facture que la Régie aurait aujourd’hui annoncée mais bien une baisse de l’ordre de 0,6 % » explique la porte-parole. La Coalition s’indigne aussi devant le dégel du prix de l’électricité patrimoniale qui vient s’ajouter à la coûteuse accumulation de surplus d’énergie et au rehaussement trop élevé du taux de rendement d’Hydro-Québec. Elle rappelle que l’actuel prix du bloc patrimonial assure déjà à lui seul à Hydro-Québec, et donc au gouvernement, un imposant profit annuel d’un milliard $ et qu’à ce titre, il n’y a aucune raison de le dégeler ! « À 4,3% de hausse annuelle, on parle quand même de la hausse la plus importante depuis 2006 » souligne Véronique Laflamme, porte-parole de la Coalition rappelant au passage que c’est beaucoup plus élevé que l’inflation.

La Coalition déplore que la société d’État soit devenue la « vache à lait » du gouvernement. Elle souligne que le rapport de la Commission sur l’avenir énergétique devrait faire réfléchir les chefs des différents partis.. La Coalition souhaite que la mission d’Hydro-Québec soit débattue et demande que l’ensemble des activités de la société d’État soient soumises à la Régie de l’énergie. « C’est par une fiscalité progressive et la redistribution de la richesse que le gouvernement doit remplir ses coffres et non par la tarification d’un service essentiel», ajoute-t-elle.

Cette hausse des tarifs de 4,3 % s’ajoutera en outre aux tarifications déjà en place qui contribuent à accroitre les inégalités, dont la taxe santé et la hausse des frais de scolarité déplorent les groupes sociaux. La Coalition interpelle les partis en lice aux élections du 7 avril et leur demande de renoncer à une telle augmentation et de soumettre l’ensemble des activités d’Hydro-Québec à la juridiction de la Régie de l’énergie. Elle leur demande également d’étudier sérieusement les 19 solutions fiscales qu’elle propose pour éviter le recours aux mesures d’austérité budgétaire. Ces mesures permettraient d’aller chercher 10 milliards $ sans recourir à la tarification des services publics.

-30-

Informations :

Véronique Laflamme, FRAPRU, Porte-parole de la Coalition : 514 522-1010; 418 956-3403 (cell.)

 

 


Hausse des tarifs d’Hydro-Québec : Moins que 5,8% mais toujours trop élevée

jeudi 6 mars 2014 par Coalition

Montréal, le 6 mars 2014 –  C’est sans surprise et avec déception, que la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics, reçoit la décision de la Régie de l’énergie d’accorder une hausse tarifaire à partir du 1er avril 2014.

 Bien que la population québécoise ait évité la hausse de 5,8% demandée initialement par la société d’État, elle subira une hausse de 4,3 % de sa facture dès le mois prochain. Pour la Coalition, dont les membres se mobilisent depuis plusieurs mois autour de cet enjeu, cette hausse aurait pu être bien moindre.  « Si le gouvernement sortant n’avait pas fait payer le prix de décisions politiques aux usagers et aux usagères d’Hydro-Québec, -ce n’est pas une hausse de facture que la Régie aurait aujourd’hui annoncée mais bien une baisse de l’ordre de 0,6 % » explique la porte-parole. La Coalition s’indigne aussi devant le dégel du prix de l’électricité patrimoniale qui vient s’ajouter à la coûteuse accumulation de surplus d’énergie et au rehaussement trop élevé du taux de rendement d’Hydro-Québec. Elle rappelle que l’actuel prix du bloc patrimonial assure déjà à lui seul à Hydro-Québec, et donc au gouvernement, un imposant profit annuel d’un milliard $ et qu’à ce titre, il n’y a aucune raison de le dégeler ! « À 4,3% de hausse annuelle, on parle quand même de la hausse la plus importante depuis 2006 » souligne Véronique Laflamme, porte-parole de la Coalition rappelant au passage que c’est beaucoup plus élevé que l’inflation.

La Coalition déplore que la société d’État soit devenue la « vache à lait » du gouvernement. Elle souligne que le rapport de la Commission sur l’avenir énergétique devrait faire réfléchir les chefs des différents partis.. La Coalition souhaite que la mission d’Hydro-Québec soit débattue et demande que l’ensemble des activités de la société d’État soient soumises à la Régie de l’énergie. « C’est par une fiscalité progressive et la redistribution de la richesse que le gouvernement doit remplir ses coffres et non par la tarification d’un service essentiel», ajoute-t-elle.

Cette hausse des tarifs de 4,3 % s’ajoutera en outre aux tarifications déjà en place qui contribuent à accroitre les inégalités, dont la taxe santé et la hausse des frais de scolarité déplorent les groupes sociaux. La Coalition interpelle les partis en lice aux élections du 7 avril et leur demande de renoncer à une telle augmentation et de soumettre l’ensemble des activités d’Hydro-Québec à la juridiction de la Régie de l’énergie. Elle leur demande également d’étudier sérieusement les 19 solutions fiscales qu’elle propose pour éviter le recours aux mesures d’austérité budgétaire. Ces mesures permettraient d’aller chercher 10 milliards $ sans recourir à la tarification des services publics.

-30-

Informations :

Véronique Laflamme, FRAPRU, Porte-parole de la Coalition : 514 522-1010; 418 956-3403 (cell.)

 

 


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 232803

Suivre la vie du site fr    ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 1